Les 5 faits à retenir sur le burn out.

Avec une approche psychosociologique, le chercheur Philippe Zawieja (Mines ParisTech) veut « clarifier, parfois démythifier, voire démystifier » le burn out. C’est à dire, un épuisement professionnel, en français.

1) Toute fatigue n’est pas burn out

Les psychosociologues associent le burn out à trois familles de symptômes : un épuisement émotionnel, un sentiment de déshumanisation dans la relation avec les autres et une baisse du sentiment d’accomplissement personnel.

2) Le burn out, un sur-engagement ?

Souvent assimilé au fameux « Je n’y arrive plus », cet état d’épuisement professionnel n’est pas nécessairement lié au sur-engagement. Des personnes qui s’ennuient prodigieusement développent des symptômes de burn out à cause d’une sous-charge objective de travail ou par manque d’intérêt.

3) 130 symptômes différents

Troubles gastro-intestinaux, dermatologiques, cardio-vasculaires, le burn out recouvre 130 symptômes différents, tous liés au stress.

4) Le burn out n’est pas une maladie

Absent des nomenclatures internationales, ce syndrome n’est pas considéré comme une maladie, en tout cas pas comme une maladie professionnelle, car cela reviendrait à désigner le travail comme seul responsable. La littérature scientifique tend à démontrer qu’il y a toujours une part issue de la vie personnelle, voire de la personnalité, dans les causes de l’épuisement.

5) Se déconnecter pour guérir

Le principal remède ? Retirer la personne de son milieu professionnel en lui demandant d’arrêter sa dépense énergétique au travail et en espérant qu’elle va se ressourcer.

Article du 01/06/2015 tiré du site internet www.lesechos.fr.
http://business.lesechos.fr/directions-ressources-humaines/02112024632-les-5-idees-a-retenir-de-le-burn-out-111499.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *